Loading...

Le retard d’Apple en matière de recharge sans fil pourrait être largement rattrapé si cette technologie sortait des labos d’Apple. Le brevet révèle que les ingénieurs d'Apple estiment pouvoir utiliser de nombreuses fréquences très populaires pour recharger nos appareils. Ainsi, leur système pourrait aussi bien recourir aux fréquences dédiées au Wi-Fi (2,4 et 5 GHz) qu'à celles utilisées pour les connexions cellulaires (700 et 2700 MHz). Apple envisage même l'adoption du champ de fréquences du WiGig (60 GHz), autrement dit, des ondes millimétriques.

Une des bases du fonctionnement de cette méthode de chargement sans fil à distance serait la « technologie de projection de faisceau », qui est déjà présente dans les plus récentes des bornes Airport Extreme - ce qui ne veut pas dire que ces dernières seraient compatibles pour autant. Apple est censé avoir abandonné le marché des routeurs sans-fil. Ce brevet laisse espérer qu'il s'agit plutôt d'un retrait temporaire en attendant que cette technologie soit prête à être commercialisée. Ce pourrait être en tout cas une vraie valeur ajoutée apportée à ces produits.

Source 01net
blog le beaujolais

Google Earth permet de parcourir le monde.

  • Google Earth est une mappemonde virtuelle. Quelques clics de souris suffisent pour consulter les images, enregistrées par satellite, de la plupart des endroits de la planète.
  • Que le lieu visité soit aperçu depuis l’espace ou à quelques mètres du sol, la précision des photos est surprenante. Il suffit d’indiquer le lieu à visiter dans le moteur de recherche pour que la caméra s’anime et vous conduise à destination. La manipulation du Globe est très intuitive, il est possible d’orienter la caméra, de la faire pivoter, de la déplacer et naturellement d’agrandir l’image.
  • Des informations supplémentaires peuvent être superposées à l’image satellite, comme les hôtels, les restaurants, les routes, etc.
blog le beaujolais

La majorité des smartphones se contrôle à partir de l’écran tactile. Quand il se brise, il faut parfois remplacer l’écran ou acheter un nouveau téléphone. Les recherches sont déjà en cours pour offrir un matériau résistant aux rayures et aux chocs. La coque arrière du G Flex 2 présente ces propriétés, mais le matériau n’est pas conducteur écartant une utilisation sur les écrans tactiles. Maintenant, les chimistes de l'Université de Californie proposent pour la première fois une solution qui se révèle déjà prometteuse.

Ils ont développé un matériau autoréparatreur. En plus de résister aux rayures, il se rassemble tout seul après qu’il se soit brisé du moment que les morceaux sont suffisamment proches les uns des autres. Le processus prendrait moins de 24 heures d’après le chimiste Chao Wang qui a mené la recherche. Le matériau est constitué d’un polymère extensible et d’un sel ionique. Cette composition permet de l’étirer jusqu’à cinquante fois sa taille originale tandis que les interactions ion-dipôle jouent un grand rôle dans la fonction autoréparatrice.

L’équipe conduite par Chao Wang a présenté leurs recherches à l'American Chemical Society. Le scientifique ne cache pas son optimisme : « Les matériaux autoréparatrices peuvent sembler loin d’une application réelle, mais je crois qu'ils équiperont très bientôt nos téléphones cellulaires ».

Source tomsguide
blog le beaujolais

N'hésitez pas à nous contacter. Nous vous donnons une réponse dans les 24H.